Groupe VYV

Lien social

Échapper à l'isolement et maintenir le lien social : un enjeu primordial pour les aidés et aidants

Lorsque vous aidez un proche, n'oubliez pas de prendre soin de vous. Dans une situation d'aidance, vous pouvez vite vous sentir débordé : jongler entre votre mission d'aidant et votre vie professionnelle devient alors un vrai casse-tête. Les risques d'isolement social et ses conséquences ne sont pas à négliger. Sachez qu'il existe des solutions pour lutter contre la perte de liens des aidants et des aidés. Découvrez les pistes pour savoir appréhender les difficultés auxquelles vous pouvez être confronté en tant qu'aidant.

 

L'isolement social, un des risques majeurs pour les aidants ?

Apporter son aide à un proche prend du temps et crée de la fatigue, voire de l'épuisement dans certains cas. Un isolement social peut alors découler d'une situation d'aidance. En effet, en tant qu'aidant, vous vous retrouvez seul et vous exposez à des risques non seulement physiques - avec une accumulation de fatigue plus importante - mais également psychologiques, avec une sensation d'abandon, et des inquiétudes aussi bien sur le présent que sur l'avenir. 

Sachez que plusieurs associations agissent pour vous : elles permettent aux aidants d'exprimer leurs difficultés et donc de se confier et sortir de l'isolement social. Des groupes d'aides aux aidants limitent le sentiment de solitude. Il est même possible d'avoir un échange continu sans bouger de chez vous grâce à certains groupes de discussion en ligne, comme les e-aidants sur des réseaux sociaux dédiés.

Des dispositifs d'aide aux aidants existent également, comme le statut d'aidant naturel qui facilite l'organisation de la vie des aidants et de leurs proches aidés. Ce statut juridique vous donne accès à des congés et améliore votre équilibre entre vie professionnelle et personnelle. En tant qu'aidant, vous bénéficiez aussi de certaines aides financières, comme l'assurance vieillesse des parents au foyer. Ce support logistique constitue un premier volet pour prévenir l'isolement social, mais n'est pas toujours suffisant.

 

Comment rester vigilant du risque d'isolement social ?

Peut-être avez-vous eu la sensation de perdre le contact avec certains de vos proches à mesure que la situation de la personne que vous aidez s'aggravait ? Vous avez toujours l'impression de manquer de temps et d'énergie ? Il est essentiel de ne pas vous retrouver seul face aux difficultés de votre vie d'aidant. Il est également possible que votre entourage ne sache pas comment vous aider et ne se manifeste pas de peur de déranger. 

N'hésitez donc pas à contacter vos proches pour tout simplement garder le lien, mais aussi pour leur demander de l'aide sur des aspects pratiques de la vie quotidienne, comme faire les courses, le ménage ou autre petits travaux. Ces tâches simples à réaliser par vos proches vous soulageront rapidement. C'est aussi un bon moyen de ne pas rester seul, de vous sentir écouté et soutenu par vos proches.

Dans le cas où trouver de l'aide parmi vos proches reste trop difficile pour vous, d'autres dispositifs d'aides aux aidants existent. Vous pouvez vous orienter vers des solutions professionnelles et thérapeutiques.

 

Quelles solutions thérapeutiques pour éviter l'isolement social ?

Face à l'isolement social, de nombreux professionnels et associations sont disponibles pour les aidants. Une première étape consiste à remplir le questionnaire Proche des aidants. Nos conseillers de la cellule d'aidance sont également à votre écoute pour mieux cerner vos besoins, vous proposer des solutions concrètes et vous accompagner pour rendre votre situation plus facile à vivre.

Ces aides vous permettent de maintenir une bonne hygiène de vie, avec des soutiens qui peuvent être logistiques (auxiliaire de vie, aide-ménagère), thérapeutiques (infirmiers, ergothérapeutes) ou psychologiques (professionnels du secteur, associations). Elles sont une manière d'éviter non seulement l'isolement social mais aussi d'autres difficultés qui peuvent vous toucher en tant qu'aidant, comme le stress, le surmenage, les problèmes de dos, les troubles du sommeil ou encore la dépression.

Mais ce quotidien reste difficile et il peut parfois être salutaire de recourir à d'autres solutions, avec le congé aidant par exemple. Celui-ci constitue un bon moyen de se ressourcer seul, en bénéficiant en parallèle d'une solution d'accueil temporaire pour votre proche aidé - on estime que les adultes dépendants qui y ont recours y passent environ 45 jours par an. Le congé aidant peut aussi s'accompagner d'un séjour dans un village de vacances avec une offre de soins. Ces établissements sont en général spécialisés dans un type de dépendance. Ils permettent à vous et votre aidé de passer un moment ensemble sans avoir à se préoccuper des difficultés du quotidien.

Maintenir un lien social rend votre situation d'aidant plus facile à vivre. Ne négligez donc pas l'importance d'être accompagné dans votre quotidien, par des proches ou des professionnels. N'oubliez pas que prendre soin de vous est un bon moyen de mieux prendre soin des autres.

Être recontacté par un conseiller