Proche des aidants
Groupe VYV Groupe VYV

Maintien à domicile des personnes âgées : quelles sont ses limites ?

Vous accompagnez un proche senior dans sa vie quotidienne. Sa dépendance s'accentue, ce qui vous amène à vous interroger sur les limites du maintien à domicile des personnes âgées. Quelles sont les différentes circonstances qui peuvent mener à la fin du maintien à domicile ? Quelles alternatives existent lorsqu'une personne âgée ne peut plus vivre seule ? Comment faire accepter cette situation à la personne aidée ?



Quelles sont les limites du maintien à domicile des personnes âgées ?

Le maintien à domicile d'une personne âgée en perte d'autonomie reste la solution privilégiée. En effet, en continuant à vivre chez lui, votre proche évolue dans un environnement connu. Il y possède des repères et des souvenirs, et y conserve ses habitudes. Toutefois, plusieurs situations peuvent vous amener à revoir ce schéma de vie.

  • Une dépendance trop importante : lorsque votre proche est atteint d'une pathologie ou d'un handicap nécessitant des soins lourds ou une surveillance 24 h/24, le maintien à domicile n'est plus adapté. La dépendance trop importante est l'une des principales limites au maintien à domicile d'une personne âgée.
  • L'impossibilité pour vous d'agir au quotidien : pour des motifs professionnels, familiaux ou à cause d'un éloignement géographique, votre disponibilité peut être rendue plus compliquée, ce qui peut mener à la fin du maintien à domicile.
  • Un logement difficile à adapter : un logement peu adaptable, comprenant par exemple des escaliers étroits incompatibles avec un monte-escalier, constitue un autre frein au maintien à domicile.
  • Un manque de ressources financières : le maintien à domicile de votre proche peut représenter un coût élevé, car le logement requiert des travaux d'aménagement conséquents, ou parce qu'il est nécessaire de payer des heures d'aide à la personne au quotidien. Ce qui peut également empêcher la mise en œuvre du maintien à domicile, si les ressources financières à disposition ne sont pas suffisantes.


Quelles alternatives s'offrent quand les limites du maintien à domicile sont atteintes ?

Lorsque les limites du maintien à domicile d'une personne âgée sont atteintes, plusieurs choix s'offrent à vous et à votre proche aidé.

Les EHPAD

L'entrée en EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) est une alternative privilégiée. Dans un établissement adapté, disposant d'infrastructures médicales, la personne aidée est encadrée et soignée de jour comme de nuit. De votre côté, vous vous sentez rassuré de savoir votre proche pris en charge par des professionnels compétents, formés aux besoins des personnes âgées ayant perdu leur autonomie.

Les USLD

Votre proche est très dépendant et nécessite une surveillance médicale accrue ? Une unité de soins de longue durée (USLD) pourrait lui convenir. Cette structure hospitalière prend en charge la vie quotidienne et la coordination des soins, de manière plus poussée qu'un EHPAD.

Les UHR

Si votre proche aidé est atteint de la maladie d'Alzheimer ou d'une pathologie apparentée, il pourra intégrer une unité d'hébergement renforcée (UHR). Incluses aux EHPAD et aux USLD, ces unités sont dédiées aux personnes présentant des symptômes avancés.



Comment faire accepter à la personne aidée la fin du maintien à domicile ?

Les limites du maintien à domicile de votre proche âgé se dessinent, et celui-ci doit se résoudre à quitter son domicile pour intégrer un établissement spécialisé ? C'est une étape délicate à gérer, pour la personne aidée comme pour vous. En effet, face à cette situation, votre proche peut éprouver du désarroi. De votre côté, vous pouvez vous sentir coupable de ne plus avoir les moyens de maintenir la personne aidée dans son logement, et vous pouvez avoir peur qu'elle vous en veuille.

Si la communication est difficile, n'hésitez pas à introduire un tiers pour aborder le sujet de la perte d'autonomie et de la vie en institution. Votre proche prendra peut-être mieux la mesure de la situation si les informations lui sont fournies par une personne extérieure. Ce tiers peut être un professionnel (par exemple, le médecin traitant de votre proche), ou non. L'essentiel étant qu'il soit empathique et rassurant dans ses paroles.

Vous voulez en savoir plus sur les options d'hébergement pour les personnes âgées en perte d'autonomie ? Vous cherchez un EHPAD proche de chez vous ? Vous avez besoin d'un accompagnement pour soutenir votre proche qui doit quitter son domicile ? Accédez à nos solutions et découvrez nos établissements en remplissant notre questionnaire.

La perte d'autonomie de votre proche augmente, mais vous souhaitez prolonger son maintien à domicile le plus longtemps possible ? Une alternative existe : l'hébergement temporaire en EHPAD. Avant une entrée définitive en maison de retraite, la personne aidée pourra effectuer des séjours en établissement médicalisé de manière occasionnelle, tout en continuant à résider chez elle le reste du temps.


Sources :

Informations générales : https://www.petits-fils.com/maintien-a-domicile-personnes-agees/#:~:text=Les%20limites%20du%20maintien%20%C3%A0%20domicile%20surviennent%20lorsque%20la%20personne,ou%20%C3%AAtre%20d'ordre%20financier
https://www.retraiteplus.fr/aide-domicile/vivre-domicile-avec-une-perte-autonomie/les-limites-maintien-domicile
https://aides.francealzheimer.org/accompagnement/moins-60-ans/a-domicile-moins-60-ans/dispositifs-daccompagnement-scenario-6-1/divers-scenario-6-1/les-limites-de-laccompagnement-a-domicile/
Faire accepter la fin du maintien à domicile à la personne aidée : https://alenvi.io/blog/la-psychologie-des-personnes-agees-face-a-la-perte-dautonomie/
Hébergement temporaire en EHPAD : https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/vivre-a-domicile/solutions-daccueil-temporaire/lhebergement-temporaire-ce-quil-faut-savoir

Être recontacté par un conseiller